10 expressions à bannir de notre langage

Langues en voie de disparition
26 avril 2019
La déontologie dans les métiers de la traduction
7 mai 2019
Afficher tout

10 expressions à bannir de notre langage

Le français est réputé être une langue difficile et il n’est pas rare que même des locuteurs dont le français est leur langue maternelle fassent des erreurs… Dire ou ne pas dire, telle est la question.

Voici un tour d’horizon des expressions à bannir :

 

1. Au jour d’aujourd’hui

Cette expression est un pléonasme. En effet le petit mot moyenâgeux « hui » signifie « en ce jour ». L’expression « au jour d’aujourd’hui » exprime donc pas moins de 3 fois l’idée de « jour ».
Préférez plutôt « en ce jour » ou encore « actuellement ».

 

2. Malgré que

C’est une expression couramment utilisée, mais elle n’en demeure pas moins fausse. Malgré est toujours suivi d’un nom, par exemple « malgré la pluie » et non pas « malgré qu’il pleuve ». Seule exception : malgré suivi du verbe avoir, donc « malgré que j’en aie », « malgré qu’il en ait »…
On dira plutôt « bien que » suivi d’un verbe, par exemple « bien qu’il pleuve ».

 

3. Après qu’il ait

On confond souvent « avant que » et « après que » pour l’accord. « Avant que » s’emploie toujours avec le subjonctif, alors qu’à l’inverse « après que » est toujours suivi de l’indicatif.
Il est donc correct de dire « Chaque soir, elle joue après qu’elle a révisé »

 

4. Incessamment sous peu

Encore un pléonasme… En effet, « incessamment » signifie « très prochainement ». Vous dites donc « très prochainement sous peu », étrange non ?
Pour éviter cette répétition, vous pouvez tout simplement dire « sous peu » ou « bientôt ».

 

5. Suite à

Vous recevez souvent des e-mails commençant par « Suite à votre appel téléphonique… » ? Cette formule disgracieuse est à éviter !
Il faudrait dire « à la suite de ».

 

6. Moins pire

Pire signifie « plus mauvais ». En collant un adverbe tel que « moins » ou « plus » devant « meilleur », « pire » ou encore « mieux », vous dites en vérité « moins plus mauvais », ce qui sonne plutôt illogique…

 

7. Moi, personnellement

Ces deux mots se rapportent à l’idée de « soi ». A des fins stylistiques ou simplement pour accentuer le point de vue, cette expression ne devrait pas être utilisée.
Les termes « moi » et « personnellement » se suffisent à eux-mêmes, donc on choisit l’un ou l’autre mais pas les deux !

 

8. A l’intention de / à l’attention de

Attention à ne pas confondre ces deux expressions qui sont, certes, très proches. On emploie « à l’attention de » en début d’une lettre, alors que « à l’intention de » signifie que la démarche est faite « en l’honneur de » quelqu’un.
Mnémotechnique : si vous pouvez remplacer par « à l’adresse de » alors il faut écrire « à l’attention de ».

 

9. De manière à ce que

L’expression « de manière à ce que » est un étrange croisement entre « de manière que » et « de manière à ».
Idem pour « de façon à ce que ».

 

10. Pallier à

On ne pallie pas à quelque chose, mais on pallie quelque chose. Cependant on remédie à quelque chose. Compliqué vous avez dit ?

 

Bonus : autant pour moi

Il est temps de rétablir l’orthographe de cette expression : autant pour moi = au temps pour moi.

 

Vous l’aurez compris, le français n’est pas une langue de répétitions. Afin d’améliorer votre expression orale ou écrite, évitez les répétitions et les formules lourdes.

 

 

Chez Tradoc, tous nos traducteurs et relecteurs travaillent vers leur langue maternelle. C’est une langue qu’ils maitrisent parfaitement pour pouvoir restituer le sens et les nuances du texte étranger. Nos interprètes possèdent eux aussi de solides connaissances linguistiques tant dans leur langue maternelle que dans leurs langues étrangères.

 

Votre agence de traduction et d'interprétariat à Lyon au service des professionnels

 

Vous avez besoin de traductions ? Contactez-nous pour un devis gratuit et personnalisé !