Langues en voie de disparition

Pourquoi traduire votre site web ?
23 avril 2019
10 expressions à bannir de notre langage
30 avril 2019
Afficher tout

Langues en voie de disparition

Tandis que des langues se développent, d’autres sont de moins en moins parlées. On évoque souvent les langues dominantes, telles que l’anglais, le chinois ou encore l’espagnol. Ces langues ne cessent de gagner en locuteurs chaque jour. Environ 10 langues se partagent la moitié de la population mondiale. Mais qu’en est-il des langues les moins parlées au monde ?

 

De nombreuses langues en voie d’extinction

Il existe environ 7 000 langues dans le monde et près de 2 000 sont en voie d’extinction, soit 28% des langues de notre planète. On estime qu’environ une langue s’éteint toutes les deux semaines. La plupart de ces langues sont dépourvues de forme écrite et se transmettent à l’oral de génération en génération, ce qui rend difficile toute tentative de préservation.

 

Chaque langue représente un patrimoine qu’il faut s’efforcer de préserver. Voici quelques langues des plus menacées :

 

  1. L’ongota ou birale est une langue éthiopienne qui compte environ 10 locuteurs de langue maternelle. Le tsamai a su s’imposer comme étant la langue dominante au sud-est de l’Éthiopie. En effet, la tribu des Ts’amakko est la tribu dominante et a donc fait prévaloir sa langue et sa culture, au détriment de l’ongota. 
  2. Le Guugu Yimithirr est une langue aborigène du nord-est de l’Australie parlée par aujourd’hui 700 personnes. La langue est connue pour être à l’origine du mot « kangourou » (kangooroo) et pour être la première langue aborigène à avoir jamais été écrite. La particularité de cette langue est que l’on ne s’exprime pas en fonction de la droite ou de la gauche mais selon les points cardinaux, par exemple pour dire « se pencher » il faudrait dire « aller au sud ».
  3. Le koro est parlé par moins de 800 locuteurs dans le monde. Cette langue est parlée au nord-est de l’Inde. Le koro se différencie nettement des autres langues de la région tant de par sa grammaire que son vocabulaire. Elle a été découverte en 2008 et n’est parlée que par des personnes âgées. Elle s’ajoute à la liste des 150 langues tibéto-birmanes parlées en Inde.
  4. Le Nganassane est parlée aujourd’hui par environ 800 personnes. Les Nganassanes sont le peuple sibérien qui vit le plus au nord et la nouvelle génération ne parle que le russe, certains comprennent cependant encore la langue de leurs pères.
  5. L’apinajé est parlée par les Amérindiens au nord du Brésil. 1 500 personnes parlent et comprennent l’apinajé. La langue se transmet encore aujourd’hui de génération en génération. Les Apinajés sont obligés d’apprendre le portugais pour pouvoir communiquer avec le reste du pays, notamment à des fins commerciales. L’apinajé fait partie de la famille macro-jê dont plus de la moitié des langues de cette famille ont disparu au cours du 20ème siècle…

 

Il existe également des langues en voie de disparition en Europe. Par exemple, l’arbërisht dans le sud de l’Italie. Il présente un intérêt particulier car il a conservé la prononciation, la grammaire et le vocabulaire de l’Albanie pré-ottomane. Un albanophone lisant ou entendant l’arbërisht se trouve dans la même situation qu’un francophone moderne lisant ou entendant du vieux français.

 

En France, nos langues régionales s’effacent de plus en plus. On en compte environ 75 dont seulement 6 sont utilisées couramment : l’alsacien-francique-mosellan, le basque, le breton, le catalan, le corse et l’occitan. Seuls l’alsacien, le basque, le breton, le catalan, le corse, l’occitan et le tahitien peuvent être enseignés dans les écoles françaises. Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France. Il nous appartient donc de les protéger.

 

Pourquoi certaines langues disparaissent-elles ?

 

Les langues meurent le plus souvent à cause de la domination d’une autre langue. Lorsqu’une culture domine une autre culture, elle finit par disparaitre. Ce phénomène peut être lié à la colonisation par exemple.

Le principal facteur de disparition d’une langue est qu’elle n’est pas retransmise aux jeunes générations. Si une langue est parlée par 2 000 personnes mais que ces personnes ne l’apprennent pas à leurs enfants, 50 ans plus tard la langue aura disparu. Mais pourquoi ne pas transmettre sa langue maternelle à ses enfants ? Beaucoup d’États considèrent que l’unité passe par une unité linguistique. La France, par exemple, depuis 1992 exige que « la langue de la République est le français », au détriment des langues régionales.  

Perdre une langue peut aussi signifier perdre un moyen crucial pour comprendre un groupe linguistique, son histoire, sa culture, et même son environnement local. Parviendriez-vous à transmettre l’histoire de votre pays ou vos valeurs dans une langue étrangère ? Il faut promouvoir le multilinguisme pour sauver notre patrimoine mondial.

 

« Une langue différente est une vision différente de la vie »  Federico Fellini

 

 

Chez Tradoc, nous traduisons dans toutes les langues. N’hésitez pas à nous contacter pour un devis gratuit et personnalisé !